Sudamerica

El Calafate i Perito Moreno

El primer que vam fer de bon matí va ser anar a comprar un bitllet d’autobús per anar al Perito Moreno. Com ens havien dit que era millor anar-hi a la tarda per tal d’evitar aglomeracions i per que hi ha més possibilitats de veure troços de gel trencar-se, vam comprar els bitllets pel bus de les 13:00h. A l’estació també vam aprofitar per comprar els bitllets per anar a Puerto Natales, població des de la qual es va a les Torres del Paine (Xile).

Un cop enllestit el tema dels autobusos, vam anar a una comissaria per veure si hi havia hagut alguna novetat respecte l’atracament. Teníem una trucada perduda d’un número estrany al mòbil i volíem saber si eren els policies d’El Bolsón. Teníem poques esperances, però per provar que no quedi, no?. Un cop a la comissaria però…inoperància total. No tenien el telèfon de la comissaria d’allà i es van limitar a buscar-lo per Internet. Van intentar trucar però res, sense resposta. Van ser poc útils i ràpidament ens vam penedir d’haver perdut tot un matí en aquest tema.

De totes maneres, a Calafate, apart del Perito Moreno, poques coses s’hi poden fer.

A la 1 de la tarda agafàvem l’autobús i en poc més d’una hora entràvem novament al “Parque Nacional de los Glaciares”, aquest cop per la part sud.

Després de pagar l’entrada pertinent, el bus va fer una parada al moll del llac per si volíem agafar un catamarà i anar a veure el braç sud del Perito. En principi no ho teníem previst però finalment ens vam animar i hi vam anar. No tots els dies es pot veure el Perito i veure’l des del vaixell també feia la seva gràcia.

El Perito Moreno, a diferència de la majoria de glaceres, a mida que avança, es fa més ample. Això es deu a que la vall on acaba és molt ample i permet que s’eixampli fins als 4km aproximadament. Aquest fet provoca que, tot i no ser un des més grans en la seva totalitat, si que ho és en quan a la paret final, fet que li atorga una espectacularitat difícil d’igualar per cap altra glacera.

La navegació amb el catamarà va ser curteta. Ja el vam agafar prop a prop de la glacera i no va trigar ni 20 minuts en arribar a 300m del mur del mateix. Allà, fotos i més fotos i mirades embovades per la majestuositat del Perito.

Un cop feta la visita en vaixell, vam tornar al bus per anar a les pasarel·les. Vam estar de molta sort per que no hi havia pràcticament ningú i vam poder anar amunt i avall en absoluta tranquil·litat.

La veritat, veient com són pasarel·les i la poca distància que les separa del Perito, és que no val la pena anar-hi abans en vaixell tot i que gràcies a la navegació en catamarà vam veure una part del Perito que no hauríem vist altrament.

Les pasarel·les són un conjunt de plataformes i escales que permeten fer diversos circuïts i observar el Perito Moreno des de diversos angles.

Com era principis d’estiu, el Perito encara estava força gran i el gel arribava a la península on es troben les pasarel·les. Al final de l’estiu, hi ha molt menys gel i normalment es crea un canal que comunica els dos llacs. No era el nostre cas.

La sensació que vaig tenir veient el Perito Moreno va ser molt similar a la que vaig tenir veient el Machu Pichu. Tot i haver-lo vist centenars de vegades en fotos i vídeos, un cop el veus en viu et quedes embovat. Em va atrapar de la mateixa manera que ho fan les flames d’una llar de foc. Per molt que el mirava, sempre li trobava una cosa nova i no podia parar de fer-ho. És molt imponent, ample (més de 4km) i alt (més de 60m) i els sorolls del gel cruixint són indescriptibles. Si per si sol ja t’atrapa, el fet que es vagi trencant mica en mica, fa que encara s’estigui més pendent d’ell per tal de no perdre’s un possible despreniment.

El bus de tornada no el teníem fins al cap de 4h. Al principi pensàvem que seria massa però al final se’ns van fer curtes. Queda tot dit.

Un cop al Calafate vam anar a comprar 4 coses per fer-nos el sopar. Camí de l’hostal però, vam veure un restaurant amb “parrillada libre” amb buffet lliure de carn, pasta, amanides, etc. Era prou econòmic i feia bona pinta i vam decidir entrar-hi. Un cop dins però, cap argentí entre el personal. Només el cuiner. Els altres, tot xinos. Són els amos, a BCN fan woks i aquí “asados” argentins però a tot arreu fan negocis i calers. N’hem d’aprendre.

Després de posar-nos com bacons a lo Laporta vam anar cap a l’hostal. L’endemà tocava sortir d’Argentina per tornar a Xile. Les Torres del Paine esperaven.

Per veure la resta de fotos, feu click a Perito Moreno

El Calafate et Perito Moreno


Au Calafate, nous avons dormi dans un hostel un peu kitch mais économique.

Le lendemain de notre arrivée, nous sommes allés acheter un billet de bus pour le fameux glacier Perito Moreno et un billet pour Puerto Natales au Chili. Ensuite, nous avons perdu pas mal de temps en voulant aller au commissariat car, alors qu’il n’y avait pas de réseau au Chaltén, j’ai reçu un appel sur mon téléphone mobile. Vu que le numéro était inconnu, on s’est dit que c’était peut-être la police de Bolsón qui avait des nouvelles pour nous. Nous avons pris un bus, pensant arriver plus vite au commissariat mais il s’est mis à faire le tour de la ville… Heureusement, il y avait une belle vue sur un lac bleu turquoise, une telle couleur que si quelqu’un peignait un lac ainsi, tout le monde penserait que c’est exagéré, qu’un lac de cette couleur n’existe pas ! Pour couronner le tout, la police a essayé de contacter le commissariat du Bolsón en vain. Tout ça pour rien…

On a quand même réussi à attraper notre bus pour le Perito Moreno, qui partait à 13h. On nous avait recommandé d’y aller l’après-midi car il y a moins de monde et, ayant été sous le soleil toute la journée, le glacier « craque » plus facilement.

Après une bonne heure de route, nous sommes rentrés dans le parc national puis le bus s’est arrêté près du lac en nous proposant de faire un tour d’une heure en bateau puis de venir nous chercher pour nous amener aux passerelles. Le prix n’étant pas exagéré, on s’est laissé tenter. Le bateau, un grand catamaran, allait jusqu’à 300 m à peine du mur de 60 m de hauteur de glace. Impressionnant. Il faut dire que le Perito Moreno, c’est vraiment le beau gosse des glaciers : grand, beau, tout blanc et bleu, il ne laisse pas indifférent.

Le tour en bateau permettait de voir la partie sud du glacier. Et ce qui était sympa c’était d’être au niveau de l’eau, pour apprécier sa hauteur. Mais il nous restait encore une immense partie à découvrir !

Etant un des lieux les plus touristiques de l’Argentine, après les chutes d’Iguazu, le parc est vraiment bien fait. De nombreuses passerelles métalliques permettent d’observer le glacier sous différents angles. De plus, elles sont accessibles à tous grâce à un ascenseur.

Dès l’arrivée sur la première passerelle, on reste bouche bée. Le glacier s’étend sous nos yeux d’environ 4 kilomètres en largeur et une douzaine en longueur. Au fond, il est accompagné de deux langues de glace qui le bordent de chaque côté. Descendons le voir de plus près…

Sur les passerelles du bas, on s’approche à quelques centaines de mètres de la paroi de devant. Il ne faut pas trop s’approcher non plus car de gros blocs de glace s’écroulent souvent. En attendant patiemment que cela arrive juste devant nos yeux, on entend le glacier rompre de l’intérieur. Les bruits sont impressionnants : on dirait des coups de tonnerre juste à côté de nous. Parfois, on entend un gros bruit qui vient de devant, on regarde et c’est juste un « minuscule » morceau de glace, comparé à l’immensité du glacier, qui tombe.

Nous n’avons pas eu la chance de voir un gros morceau tombé par contre, nous avons assisté à la formation d’un iceberg ! En effet, le mur avant du glacier fait une soixantaine de mètres de hauteur mais il y a une partie encore plus grande sous l’eau. 120 m si mes souvenirs sont bons. Ce qui s’est passé, c’est tout simplement qu’un morceau du glacier qui était sous l’eau s’est rompu. Nous l’avons vu sortir sous grand fracas puis flotter quelques mètres plus loin. Vu la taille, il risque de rester là pendant un bon moment.

Un glacier, c’est un peu comme un être vivant : ça change constamment et on ne sait jamais ce qu’il va « faire », à quel endroit il va craquer et rompre.

J’ai oublié de vous dire que le Perito Moreno est connu non seulement pour sa beauté glaciale mais aussi parce que c’est un des rares glaciers au monde à ne pas être en récession. En effet, comme tout le monde sait, les glaciers sont tous en train de diminuer de taille, le réchauffement de la planète ne faisant qu’accélérer le processus. Et bien le Perito non : il est stable. Cela signifie qu’il y a autant de glace qui se forme que de glace qui fond. Tant mieux !

Vers 19h, nous sommes rentrés au Calafate avec le même bus. Nous sommes allés acheter de quoi nous préparer à dîner puis, sur le chemin vers l’hostel, nous sommes tombés sur un restaurant « parrillada à volonté » ! Nous n’avons pas réussi à résister à l’appel du « cordero patagónico », de l’agneau braisé type méchoui. Le plus amusant, c’est qu’en entrant, on a vu que c’était un commerce tenu par des chinois. Ils sont vraiment partout pour monter des restaurants de buffet à volonté ! L’agneau était un régal donc nous n’avons pas regretté notre décision… sauf le lendemain où on s’est fait confisquer tous nos fruits et légumes ainsi que la viande hachée à la frontière. En effet, il est interdit d’entrer au Chili avec des produits frais… zut !

Pour voire toutes les photos, cliquez sur Perito Moreno

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *