Sudamerica

Puerto Madryn i Península Valdés (i uns quants passos fronters!)

A les 4:15h del matí ens llevàvem per prepar-nos i agafar el bus cap a Rió Gallegos. Com us deia a l’anterior entrada, sortir d’Ushuaia no és trivial i fer-ho via terrestre cap al nord del país, menys

Si mireu un mapa, veureu que la part argentina de Terra del Foc queda “aïllada” per una part xilena. Això implica que, viatjant des del sud cap al nord s’hagin de passar diverses fronteres. Aquí, a cada frontera s’ha de baixar, fer el control de passaports, fer el control d’aliments, etc. I el tema s’allarga lo seu, així que us ho podeu.

Nosaltres havíem agafat un bus Ushuaia – Río Gallegos i un altre Río Gallegos – Puerto Madryn, la nostra destinació per anar a visitar la Península Valdés, reserva nacional i un dels llocs del planeta amb més diversitat de fauna, tant terrestre com, sobretot, marítima.

En total teníem unes 26h de viatge entre els dos autobusus i els temps d’espera. Com ja hem explicat anteriorment, els trajectes de llarga distància en bus no es fan gaire pesats. Els seients són còmodes, hi ha pelis cada 2×3 i llegint i dormint el temps passa volant. Ara bé, passar 3 cops les fronteres si que es va fer una mica pesat.

Per sort, el trajecte també creua el famós Estret de Magallanes que, apart de ser un pas mític de la navegació, és un lloc excel·lent per veure dofins. Aquest cop vam tenir més sort i en vam veure molts. Primer davant del vaixell, després al costat jugant amb les onades…eren petits i blancs i negres i es veien que s’ho passaven la mar de bé amb nosaltres i sent les estrelles i l’objectiu de desenes de càmeres de fotos.

Finalment, a Río Gallegos hi vam arribar més aviat del previst i vam tenir temps de fer 4 compres per la resta del viatge i pels següents dies a la Península Valdés.

El següent trajecte poca història va tenir. Va ser majoritàriament de nit i l’únic fet destacable va ser que, enlloc de menjar en el propi autobús, vam parar a un restaurant a sopar.

Puerto Madryn

Cap al migdia vam arribar a Puerto Madryn i, després d’aprofitar el WiFi gratuït de l’estació d’autobusos per informarnos de les activitats a realitzar, vam decidir llogar un cotxe.

El vehicle propi és la millor manera de visitar els dos principals atractius de la zona: la Península Valdés i la Punta Tombo.

Quan ja ens disposàvem a tirar cap a Puerto Pirámides i fer nit allà, vam veure que hi havia una activitat força interessant que consistia en fer snorkeling i/o submarinisme amb lleons marins. Vam decidir preguntar a una agència i ens van dir que el millor dia dels 3 següents era l’endemà. Tema de marees i vent així ho recomenaven. Tot i trencar-nos els plans, vam decidir reservar l’activitat.

Així doncs, enlloc de fer nit enmig de la Península Valdés, ho vam fer al mateix Puerto Madryn.

El lloc que vam escollir va ser genial. Un hostal que feia 4 dies que havia obert i que encara tenia coses a mig fer. Els propietaris van ser encantadors i super familiars amb nosaltres. El millor va ser quan els hi pregunto si hi ha WiFi i la noia em respon: “Tu eres informático, no? Me vas a ayudar” i em dona un router wifi per estrenar.

Li acabaven de portar i no tenia ni idea de com instal·lar-lo. Així que em va tocar a mi instal·lar i configurar el WiFi per nosaltres i els propers hostes. Com a bon català i negociant, mig en broma li vaig dir que cap problema, però que volíem un descompte per l’habitació. No hi van posar cap problema i al final tots contents. Nosaltres amb Internet i una habitació més barata i ells amb tot configurat i estalviant-se els calers d’un tècnic informàtic :).

Snorkeling amb lleons marins i Península Valdés

A les 9h del matí ja érem a les oficines de l’agència que ens portaria a nedar entre lleons marins.

Després de provar-nos els neoprens de 7mm (si, aquí l’aigua encara estava força freda) vam pujar a la barca i cap a la reserva!

Nedar entre lleons marins és una de les activitats més noves que es realitzen a la Península Valdés i una de les més ben valorades pels viatges d’arreu. Nosaltres hi anàvem amb moltes expectatives i, tot i que va ser una passada, potser ens esperàvem una mica més.

Els lleons marins són molt juganers i sociables i ràpidament venien amb nosaltres. Gràcies a l’equip d’snorkeling podíem veure’ls nedar sota l’aigua tot i que contínuament treien el cap fent un soroll molt peculiar: Eeeeeeeeeeec!!!!. El so era força greu i fort i vaig estar molta estona pensant que eren joves d’un grup que teníem al costat fent broma. Sonava molt humà fins que, de cop i volta, em giro i a menys de 5m, em trobo el cap d’un lleó marí i em fa: Eeeeeeeeeec!!!! a la cara. Llavors vaig entendre d’on veníen els sons. Em vaig riure tot sol i és que s’ha de viure per entendre-ho.

No m’enrotllo més per que el millor per fer-se la idea de l’experiència es veure les fotos i els vídeos. Ara bé, quan tens un lleó marí mascle (més de 2m) a tocar, tot i que et diguin que no et farà res, fa una mica de respecte…

En total vam estar uns 45m a l’aigua. El govern restringeix l’activitat a aquesta durada per tal de minimitzar l’impacte a la reserva. A nosaltres, se’ns va fer curt però va ser una d’aquestes experiències que mai oblidarem.

Un cop al poble de nou, vam agafar el cotxe i cap a la Península Valdés!

Tota la península és una reserva natural i s’ha de pagar entrada. Pensàvem trobar gent però en tota la ruta (uns 400km) potser ens vam creuar amb 5 cotxes.

Tots els camins són sense asfaltar i hi ha diversos miradors des d’on es poden veure lleons marins, elefants marins, balenes, orques i pingüins. Nosaltres no vam veure ni balenes (ja no era la època) ni orques però vam estar d’allò més contents per que vam veure la resta i molta fauna terrestre.

Conduint, en més d’una ocasió vam haver de parar per deixar passar estruços patagònics, “guanacos”, llebres patagòniques (una mescla entre conill i gos) i molts xais. A més a més, vam veure 4 guineus i infinitat de conills. Una passada!

Punta Tombo: Pingüins, pingüins i més pingüins

L’endemà vam decidir fer els 200km que separen Puerto Madryn de la Punta Tombo per anar a veure la colònia continental més gran del món de pingüins de magallanes.

Si a Xile i a la Península Valdés ens havia agradat veure pingüins, el que vam viure a la Punta Tombo és difícil d’explicar en paraules. Hi havia pingüins per tot arreu. Semblava que sortien de sota les pedres i feien absolutament el que volien. Els pingüins d’allà saben perfectament que són els protagonistes i creuen tranquil·lament es camins per on van els turistes, es paren esperant que els hi facis fotos…en fi, una passada.

Ara bé, n’hi havia tants que en algun moment donava la sensació d’estar enmig d’una pel·lícula mig apocalíptica d’aquestes on una espècie invasora es fa amb el control de la terra. Veure centenars de milers de pingüins drets, parats, sense moure ni un pèl al voltant teu és una sensació que, en certs moments, es feia inquietant.

El que ens va agradar més d’aquesta colònia on habiten més d’un milió de pingüins és que hi havia molts “pichones”, és a dir, petites cries de pingüins de menys d’1 any.

Després de la visita, poca cosa més. Viatge e retorn cap a Puerto Madryn, skype amb la família i fer temps fins a la nit per agafar l’últim bus del viatge. Destí Buenos Aires!

Per veure la resta de fotos, feu click a Península Valdés i Punta Tombo

Puerto Madryn et la péninsule Valdés


D’Ushuaia à Puerto Madryn : 2 frontières à passer

Nous sommes partis vers 5h du matin d’Ushuaia car c’est un long trajet qui nous attendait. Non seulement les kilomètres à parcourir sont nombreux mais les postes frontaliers aussi ! En effet, si vous regardez une carte, vous verrez que la Terre du feu argentine est séparée du reste du pays par une partie du Chili. Pour continuer vers le nord de l’Argentine, il faut donc passer le poste de sortie de l’Argentine puis le contrôle d’entrée au Chili et enfin le dernier poste frontalier qui cumule sortie du Chili et entrée en Argentine (quelle bonne idée de tout mettre au même endroit !)… Et tout ça dans un bus de 50 personnes bien plein, ça prend du temps, beaucoup de temps.

La partie la plus sympa fut la traversée en ferry du fameux détroit de Magellan. On a même pu voir des dauphins noirs et blancs qui sont communément appelés « dauphins pandas ». C’était rigolo.

Au bout d’une quinzaine d’heures, nous sommes arrivés à Rio Gallegos. Il nous restait encore le double à faire pour arriver jusqu’à Puerto Madryn.

Puerto Madryn et la péninsule Valdés

Le lendemain, nous sommes arrivés à Puerto Madryn en début d’après-midi. Première impression : il fait chaud ! Enfin nous commencions à réaliser que nous étions au début de l’été !

Notre idée était de louer une voiture et d’aller à Puerto Piramides pour y dormir et visiter la péninsule Valdés le lendemain matin. Après avoir loué la voiture, nous avons changé les plans car nous avons trouvé une agence qui nous permettait d’aller nager avec des lions de mer… Bien qu’un peu cher, on n’a pas su résister (il paraît qu’on emporte pas son argent dans la tombe…;)). Nous avons donc dormi à Puerto Madryn, oui, avec une voiture louée inutilement…

Le lendemain matin, nous sommes partis en bateau, vêtus de combinaisons de plongée. Après une petite demi-heure de bateau, nous sommes arrivés à Punta Loma où vit une grande colonie de lions de mer. Notre guide nous avait expliqué avant de partir que ce sont les femmelles et les jeunes qui viennent jouer avec les nageurs, pas les mâles qui sont plutôt méfiants et ont pour rôle de protéger leur harem. A l’arrêt du bateau, on était déjà contents de pouvoir observer tous ces lions de mer de si proche ainsi qu’une multitude de cormorans.

Capuche, palmes, masque et tuba en place, on saute dans l’eau gelée. Et c’est parti ! Tous en chaîne, nous nageons sur le dos en faisant de l’écume avec nos palmes puis on s’arrête : quelques lions de mer arrivent près de nous. Ils nous regardent, nagent autour de nous. Grâce au ton peut rester pour les observer sous l’eau, à quelques centimètres de nous. Certains arrivent à les caresser, moi j’ai pas réussi. Les lions de mer font connaissance avec leur bouche donc il faut pas paniquer s’ils mordillent gentillement les palmes ou le bras. Ils sont vraiment mignons. Par contre, les mâles impressionnent ! Ce sont eux qui leur ont donné le nom de « lion » car ils ont une sorte de crinière. Ils sont beaucoup plus gros, un peu plus du double de la femmelle.

C’était vraiment une bonne expérience mais trop rapide malheureusement car comme c’est un site protégé et qu’il y a plusieurs entreprises qui proposent la même excursion, la baignade est limité à 45 minutes. A la fin, je n’avais pas envie de partir bien que j’avais très froid. J’ai mis du temps à me réchauffer malgré le soleil.

uba,
Après cette belle expérience, nous avons sauté dans la voiture direction la péninsule Valdés. Pour y aller, nous avons dévié de la route principale pour passer par le « Doradillo », un ensemble de plages appartenant à une réserve naturelle. En hiver (de juin à septembre), on peut facilement y voir des baleines depuis le littoral. En décembre, elles commencent à partir pour aller dans le Pacifique. Nous n’avons pas eu la chance d’en apercevoir une mais nous nous sommes promis de revenir à une époque où tu te retrouves facilement nez à nez avec une baleine !

Nous avons continué jusqu’à l’entrée au parc national de la péninsule Valdés puis jusqu’à Punta Piramide, en faisant bien attention aux « guanacos », un genre de vicogne du coin. En effet, l’agence de location de voiture nous avait prévenu que si on percutait un guanaco, on devrait payer 8 500 US$… une bonne raison de regarder attentivement !

A Punta Piramide, nous avons tenté le mirador des baleines mais elles sont toutes parties, ou alors celles qui y étaient ne sont pas sorties au moment où on regardait. Ensuite, nous sommes allés au mirador des lions de mer pour en observer quelques uns, dont la majorité se faisait dorer au soleil. On a bien rit car un gros mâle n’arrivait pas à remonter sur la rive !

Ensuite, on a continué notre route pendant un bon moment jusqu’à arriver à un endroit pour observer des élephants de mer. Beaucoup plus grosses ces bêtes-là ! Ils poussaient également des cris totalement différents de ceux des lions de mer. Il paraît qu’ils nagent très très bien mais c’est difficile à croire quand on les voit sur la terre : ils ont dû mal à marcher, ils trébuchent… La marée était basse donc ils étaient protégés des orques qui n’arrivent pas jusqu’au littoral.

Après ça, nous nous sommes arrêtés à un endroit pour voir des pingouins de Magellan. Il y en avait peu mais ils étaient juste à côté de nous et ne bougeaient pas lorsqu’on s’approchait.

Un peu déçue de n’avoir pas vu de baleine, le trajet du retour m’a remonté le moral. On a vu : des lièvres, des maras (sorte de gros lièvre patagonique qui ressemble plus à un chien qu’à un lièvre), des coiques (sorte de petite autruche), des guanacos, des moutons et des renards ! Nous avions l’impression d’être seuls sur la route et nous pouvions nous arrêter tranquillement pour filmer tout ça ! C’était super ! 🙂

Puis retour au même hostal, dîner sur la terrasse de l’hostal (cuisiné par nos soins) et dodo.

Punta tombo : des pingouins à perte de vue

Le lendemain matin, nous sommes repartis avec la voiture pour Punta Tombo, là où se trouve la plus grande colonie de pingouins de Magellan du monde. La route était assez longue mais ça vallait vraiment le coup. Après une petite visite d’un musée bien fait, nous avons commencé à marcher là où sont les pingouins. Au départ, on en voit 2, 3, 4, on aperçoit des bébés dans les trous qui leur servent de nid, on est content. Puis on continue à marcher et ce sont alors des milliers de pinguoins qui sont là, se réchauffant au soleil, la tête vers le ciel. Il y a environ un million de pingouins recensés ici.

Le lieu est plutôt bien organisé : des passerelles de bois délimitent la zone piétonne mais attention, ce sont les pingouins qui ont la priorité ! Cela signifie que si un pinguoin se dirige vers la passerelle, il faut s’arrêter pour le laisser passer avant de continuers son chemin. C’est génial ! Jamais je n’aurais pensé un jour m’arrêter pour laisser passer un pingouin !

Et ils sont si mignons ! Comme je disais, la plupart sont immobiles, prenant le soleil, d’autres marchent tranquillement et d’autres nourissent leur bébé. Nous avons eu de la chance de pouvoir voir beaucoup de bébés car les œufs éclosent entre mi-novembre et mi-décembre.

Après avoir vécu cette super expérience, nous avons un peu regretté d’avoir payé le double pour les pingouins de Punta Arenas, au Chili… Mais ce qui est fait est fait ! 😉

A notre retour à Puerto Madryn, nous avons rendu la voiture, acheté quelques souvenirs pour la famille et nous avons attendu notre bus de nuit pour Buenos Aires.

Pour voir toutes les photos, cliquez sur Península Valdés i Punta Tombo

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *